Chantier d’un centre d’activités en trois pôles: socio-économique, éducation-formation et bien-être

INTRODUCTION: L’année dernière (2022), j’ai repéré un vieux bâtiment abandonné en bordure de route principale. Il s’agissait d’une ancienne petite école maternelle(6.95mx19.62m) sur un terrain de 4902m². Je me suis alors dite qu’il serait bien pour mon projet d’école panafricaine “Académie Larel Tjanmay”, de bénéficier de ces locaux. Démarrer à petite échelle permet de prendre ses marques et de s’adapter à un milieu avec sûreté. C’est ainsi que je me suis mise en marche de trouver le propriétaire de ce bien immobilier, ce qui a été très rapide. Dans les semaines qui ont suivi, nous nous sommes rencontrés et avons signé conjointement le contrat de location.

De juillet à octobre 2022, j’ai démarré les travaux de réhabilitation du bâtiment grâce à la vente de ma voiture. Réfection des murs (ceinture, nouvelle cloison, fermeture de quelques ouvertures), enduisage, création de portes et de fenêtres, fabrication des grilles de sécurité, porche d’entrée, installation électrique, démolition du préau (qui était à la taille des enfants et non des adultes). Total dépensé: 8 000€

Les travaux suivaient leur cours que les habitants m’interpelaient me demandant de les employer lorsque j’ouvrirai. Quant aux parents ils se suivaient les uns après les autres pour m’informer de leur désir d’inscrire leurs enfants dans la future école. Au fur et à mesure de mes échanges avec tous, je me rendais compte des besoins de la population et notamment des personnes ayant des rêves. Il faut rappeler que la majorité de la population à moins de 40 ans. De plus, je peux dénombrer grosso modo 4 à 5 enfants par foyer. Il y a donc un fort besoin d’emploi ou de meilleures conditions de travail et l’inquiétude d’assurer une vie meilleure aux jeunes enfants par l’éducation venant d’ailleurs.

C’est ainsi que mon projet se précisait. Ouvrir uniquement une école primaire ne suffisait pas. Je devais étendre les services aux jeunes mères, aux femmes seules, aux jeunes actifs ambitieux et à la petite enfance. C’est ainsi que l’orientation des travaux s’est élargie, il faudra créer des salles qui seront utilisées à la fois par des élèves de tous les niveaux mais aussi par le tout public, ainsi penser à un aménagement mixte et trouver la future organisation d’occupation des espaces. Le complexe SAWALSI était devenu fœtus.

1ère ébauche

A ce jour, les travaux de réhabilitation du bâtiment existant ne sont pas achevés. Il reste encore à réaliser la réfection des sols, la fabrication et pose des menuiseries, l’isolation toiture, la construction des toilettes, la peinture extérieure intérieure, la construction du nouveau préau, le forage d’un puits et l’installation du système d’alimentation en eau potable et la clôture de la propriété. Montant des coûts estimé à 10 000€. Voici une liste non exhaustive de quelques activités qui y débuteront : service de photos d’identité, formations, soutien scolaire, cours de musique, cours de français et d’anglais, cyber café, séances d’ateliers créatifs, soirée café philo, enseignement scolaire.

Vous conviendrez qu’un complexe ne se suffit pas à ce petit espace. C’est pourquoi, j’ai donc fais appel à un professionnel du bâtiment pour obtenir des plans considérant l’ensemble des besoins et la surface du terrain. Plusieurs extensions sont envisagées. La cafétéria, 6 salles de classes supplémentaires, la bibliothèque, la ludothèque, la salle d’exposition, la salle de représentations, le terrain de sport et d’autres (voir le plan de masse ci-dessous). Je tenais à respecter l’environnement, c’est-à-dire le côté rustique et pittoresque du milieu rural, sans écarter les besoins contemporains. C’est pourquoi, l’architecture mêlera aux matériaux industriels les matériaux locaux tels que paille, briques de terre et bois. Cette démarche a aussi pour but de démontrer la valeur des matériaux dont disposent les habitants sur place.

J’aimerais apporter cette précision. Les distantes ici sont extrêmement longues. Vous devez faire de nombreux kilomètres dans des conditions scabreuses pour vous rendre dans un centre commercial, chez un professionnel de santé spécialisé, dans un espace de loisirs et/ou d’activités sportives. Et pourtant les non citadins ont également besoin de connaître le fonctionnement des espaces citadins, savoir comment le juger à sa juste valeur (avantage et inconvénients) et apprécier leur milieu rural dans sa capacité de diversité respectueuse et qualitative. Le manque d’infrastructures en milieu rural est important. Néanmoins ce dernier est à mon sens l’avenir, car on peut tout y faire sans commettre les mêmes erreurs qui nous étouffent et nous diminuent en ville. C’est pourquoi je suis engagée dans le développement du milieu rural, non au préjudice de la Nature, ni de l’Homme. Ceci implique l’unification de têtes bien pensantes dans tous les domaines d’intervention pour un mieux vivre à la campagne.

Le complexe SAWALSI sera pour tout le district (400 000 habitants) une innovation des plus attendue et attractive. Un lieu d’apprentissage, de détente, de bien-être, de travail et de projets au milieu de la brousse, pour tous les habitants et les nombreux travailleurs de passage qui sauront en rapporter les bienfaits connus. A moyen terme, il attirera également des visiteurs qui eux aussi lui feront écho positif.

Sarauniya Joan

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *